COVID19 - Les livraisons colissimo sont gratuites dès 89 € d'achat en France. Pour les livraisons Mondial Relay, il est probable que le point relais choisi soit modifié sans que nous puissions intervenir, nous vous déconseillons ce mode de livraison en l'état actuel

L'infertilité inexpliquée, nous n'y croyons pas !

 Reconnaître l'infertilité d'un couple comme inexpliquée signifie simplement que sa cause échappe à la médecine. A noter que les couples considérés comme ayant une infertilité inexpliquée sont les couples qui ont le désir de tomber enceinte depuis au moins un an, et trois examens normaux : utérus normal et examen des trompes normales ,une bonne ovulation et l'analyse du sperme sans anomalies spécifiques. Cette définition reste abstraite, car elle exclut trois découvertes qui n'ont jamais été invalidés mais tendent à être considérées comme inutiles, voire obsolètes : l'étude précise du processus de cycle, l'évaluation du comportement des spermatozoïdes pendant la période pré-ovulatoire du col connu comme la glaire cervicale (test post-coïtal, test de Huhner), et la laparoscopie, examen sous anesthésie corps entier à la recherche d'anomalies pelviennes indétectables, parfois remplacé par une IRM. 


Une Étude à ne pas manquer, la progression du cycle 


 Un cycle est généralement considéré comme ovulatoire sur des critères aussi bien cliniques que biologiques : cycle régulier de 26 à 32 jours, courbe de température avec variation évidente nette et plateau après ovulation (lutéale) de 12 à 1

 jours, et taux de progestérone >= 10 ng/ml 7 à 9 jours après la montée en température. Ces critères relativement simples sont encore trop limités pour mettre en évidence les changements subtils de l'ovulation. Ces anomalies du développement des follicules, les structures qui contiennent les ovules, qui sont susceptibles de se produire tout au long du cycle, ne sont détectées qu'à la recherche de celles-ci, car elles nécessitent des investigations spécifiques dont des preuves peuvent être découvertes. 


 Une Altération de la réserve ovocytaire


 Une mise en place systématique de l'évaluation de la réserve ovarienne entre J3 et J5 intégrant le nombre folliculaire visible à l'échographie et les tests endocriniens facteurs (FSH, LH, estradiol et surtout AMH), ont fait prendre conscience ces dernières années de l’augmentation d'insuffisance ovarienne prématurée.

Pourquoi ? 

Par une hygiène de vie différente, plus chargé émotionnellement et physiquement, plus de malbouffe, plus de stress, une prise en charge par le milieu médical complexe et peu de prévention.


Une anomalie de la maturation folliculaire 


Une évolution défectueuse du développement et de la maturation du follicule, ou dysmaturation, a dû attendre l’apparition de l’échographie pour être mise en évidence. On distingue ainsi : 

 *Dysmaturation folliculaire précoce : le follicule sélectionné, qui se reconnait à son diamètre de 10 mm à J6-J7, tarde à apparaître ; 

 *Dysmaturation folliculaire tardive : la croissance du follicule dominant, au lieu d’être harmonieuse, apparaît retardée ; La mise en évidence de ces dysfonctionnements suppose un suivi échographique du cycle spontané jusqu’à et y compris la vérification de la rupture du follicule et ovulation. 

 

Une anomalie du pic pré-ovulatoire


 Lorsque le follicule est mûr, le processus ovulatoire est déclenché par une décharge hypophysaire des hormones FSH et LH, appelées gonadotrophines. Ce pic pré-ovulatoire de gonadotrophines doit assurer à la fois la rupture de la paroi du follicule, permettant ainsi la libération de l’ovocyte, la reprise de sa division cellulaire lui permettant de devenir fécondable, et enfin la mise en place de la glande lutéale (corps jaune) à partir du follicule rompu : sa sécrétion d’estradiol et surtout de progestérone a pour rôle d’assurer au niveau de la muqueuse utérine (endomètre) les conditions propices à l’implantation et au développement d’un éventuel embryon. Il a été montré que les chances de grossesse sont corrélées avec l’amplitude et la durée du pic de LH, les chances les plus faibles étant observées en cas de pics à la fois courts et de faible amplitude.

Malgré la difficulté d'établir des routines cliniques, il semble qu'une variabilité du pic de LH puisse être observée en cas d'infertilité inexpliquée. 


Ces courbes et ses hormones sont analysées dans les programmes Fertil-in My Baby 12, des programmes fertilité très complets avec l’accompagnement de thérapeutes formées et expertes sur le sujet tout cela visant à réaliser votre rêve de devenir parent.


A cela s'ajoutent nos compléments alimentaires CONCEPT 1 ou 2 selon votre profil (âge, Taux AMH, Parcours de fertilité, traitements en cours …)