COVID19 - Les livraisons colissimo sont gratuites dès 89 € d'achat en France. Pour les livraisons Mondial Relay, il est probable que le point relais choisi soit modifié sans que nous puissions intervenir, nous vous déconseillons ce mode de livraison en l'état actuel

L’impact du stress oxydatif sur la fertilité

D’où vient ce stress oxydatif qui est néfaste pour votre fertilité, mais pourquoi, et comment le combattre ?

Les radicaux libres et leur impact sur nos cellules

Les radicaux libres sont créés par le corps. Ils sont issus du mode de fonctionnement de nos cellules. Ces dernières disposent de minuscules centrales caloriques : les mitochondries qui « brulent », en utilisant de l’oxygène, le glucose et les acides gras (sucre et graisse) afin de fournir de l’énergie nécessaire à la vie cellulaire. Les radicaux libres sont le résultat de ce processus. À chaque respiration un radical libre est libéré.

Cependant, certains éléments comme le tabagisme, les polluants, une intervention chirurgicale, les maladies, une activité intense, un traumatisme physique accentuent la création de radicaux libres. Tous ces facteurs sont regroupés sous l’appellation de stress oxydatif. Ce stress oxydatif accélère le vieillissement des cellules, en les oxydant plus rapidement.

Toutefois, nous disposons de ressources internes pour ralentir l’impact des radicaux libres : les antioxydants. Quand l’équité est rompue, il est indispensable d’augmenter la quantité d’antioxydants.

Et qu’en est-il de la fertilité ? 

Les radicaux libres altèrent l’ADN de toute cellule, celui des spermatozoïdes est donc modifié, ce qui réduit votre potentiel de conception. En octobre 2012, la revue scientifique « Basic ans Clinical Andrology » spécialisée dans les problématiques en lien avec l’urologie et les organes reproducteurs masculins a publié les résultats d’une analyse sur le statut oxydatif des spermatozoïdes se basant sur 129 patients. Cette étude révèle que : « Les radicaux libres peuvent, en effet, modifier la structure membranaire ainsi que celle de l'acide désoxyribonucléique (ADN). Ces altérations conduisent également à une augmentation du pourcentage de spermatozoïdes de formes anormales. »


Comment et quand faire le plein d'antioxydants ?


Quand ? dès que vous vous lancez dans un projet bébé. Idéalement 3 à 6 mois avant la grossesse. 


Comment ? Entre autres grâce au sélénium, un oligo-élément essentiel qui se trouve dans notre gamme Concept mais aussi dans votre assiette. Les aliments riches en protéines comme la viande rouge, les fruits de mer et les noix sont riches en sélénium. 


Son rôle est primordial pour de nombreuses fonctions biologiques, telles que la réponse immunitaire, la production d'hormones de la thyroïde. Il agit comme un antioxydant, contribuant à détoxifier le corps des produits chimiques nocifs.

Une étude intéressante sur l’impact positif du sélénium dans l’ovaire


L'importance du sélénium était connue pour la fertilité des hommes, mais pas dans la reproduction chez la femme. Les chercheurs de l'Université d'Adélaïde ont étudié son rôle et sa localisation dans l'ovaire. En utilisant différentes techniques (rayons X, spectrométrie de masse), les chercheurs parviennent à localiser précisément le sélénium dans l'ovaire. 

Ils s'intéressent ici également à une protéine contenant du sélénium, GPX1. Pour évaluer si GPX1 joue un rôle important dans les follicules humains, les chercheurs ont analysé des cellules de cumulus de 30 femmes subissant une FIV / ICSI avec transfert d'embryon unique. L'expression du gène GPX1 s'avère significativement plus élevée dans les cellules de cumulus associées à un ovocyte qui va produire une grossesse. Les analyses constatent également que le sélénium et GPX1 sont à des niveaux élevés dans les follicules ovariens « en bonne santé ».

Ces résultats suggèrent que le sélénium et les « sélénoprotéines » comme GPX1 jouent un rôle essentiel en tant qu'anti-oxydants dans les derniers stades du développement folliculaire et contribuent au développement d'un environnement sain pour l'œuf.

Alors que la prévalence de l'infertilité est en augmentation, optimiser les niveaux de sélénium permettrait peut-être d'augmenter aussi les chances de concevoir. Certes, trop de sélénium peut également être toxique, il s'agit donc de trouver la bonne supplémentation.

Source: Metallomics 23 Oct 2014 DOI: 10.1039/C4MT00228H X-Ray fluorescence imaging and other analyses identify selenium and GPX1 as important in female reproductive function

Retrouvez notre gamme Concept 1 & 2 

https://nutryn.com/products/concept-1

https://nutryn.com/products/concept-2